Hypnose Sommeil

L’Hypnose a souvent été reliée à l’idée de sommeil et les clients ont d’ailleurs souvent l’idée qu’ils vont perdre conscience en Hypnose. Alors est-ce réel ?

Nous allons voir dans cette article :

  • L’Histoire de cette idée
  • L’Hypnose est-elle du sommeil ?
  • Pourtant, j’ai vu des personnes inconscientes ?
  • De l’intérêt de suggérer le sommeil (plus à destination des praticiens en Hypnose)

Dans l’Histoire

Voyons un petit historique rapide. On entend souvent que l’Hypnose a pris ses sources dans le magnétisme animal avec Franz Anton MESMER (1734 – 1815).

Franz Anton MESMER

A cette époque, F.A. MESMER amène les personnes, avec des aimants ou des passes dites magnétiques, dans ce qu’il appelle des « crises magnétiques ». Le mot Hypnose n’existe pas encore.

Les personnes dans ces « crises magnétiques » sont alors parfois prises de convulsions et nous sommes alors quand même assez loin d’une analogie avec le sommeil.

A.M.J De Chastenet de PUYSEGUR (1751 – 1825) est un élève de MESMER qui lui aussi utilise le magnétisme animal. Il parle également de « crises magnétiques » et les écrits de sa part sont un peu plus fournis que ceux de MESMER.

Marquis de PUYSEGUR

On voit alors quelque-chose commencer à apparaître.

Voici un petit extrait croustillant de PUYSEGUR:

Le lendemain, vendredi, il eut cependant deux crises de somnambulisme comme la veille, suivies du même défaut de mémoire et de la même incrédulité. Le lendemain, samedi, je le trouvai, en arrivant au traitement, entortillé de cordes et lié à sa chaise d’une manière incroyable: il me dit qu’il l’avait fait ainsi, afin de voir si véritablement il s’endormait, et que si cela lui arrivait, il espérait au moins que je ne le ferais pas changer de place sans sa participation, et qu’il se réveillerait sûrement en le détachant. Quand ce vint son tour d’être touché, je lui conseillai de tenir ferme, et de faire tous les efforts pour s’empêcher d’être surpris comme les autres fois; qu’au moins je le priais de m’instruire de ce qu’il éprouvait et du moment où il se sentirait envie de dormir. Il me le promit: mais au bout de 3 minutes, il ne put que me dire: « Voilà mes yeux qui se troublent. » Et presque aussitôt après « Me voilà parti. » En effet, je le regarde, et je le vois dans un état de somnambulisme. Il n’y fut pas plutôt que je lui fis détacher toutes ses cordes lui-même. Je ne pouvais m’empêcher de rire de voir toutes les peines qu’il se donnait pour défaire les nœuds qu’il avait faits. (…) Je le fis asseoir ensuite sur une autre chaise, où je le laissai ainsi l’espace de deux heures environ. Quand, au bout de ce temps, je l’eus remis dans son état naturel, son premier mot fut de dire: « On a surement coupé les cordes: Oh c’est incompréhensible! »

« Mémoire pour servir à l’histoire et à l’établissement du magnétisme animal » de A.M.J De Chastenet de PUYSEGUR en 1784

Ici, plusieurs choses apparaissent. D’abord, l’utilisation du champ lexical du sommeil (s’endormir, dormir, réveiller) et pourtant, je ne sais pas si vous avez déjà détaché des cordes dans votre sommeil et si vous avez eu conscience d’être parti comme lui quand il dit « Me voilà parti » (à moins d’un rêve lucide). Ensuite, on voit apparaître l’amnésie au « réveil » dont nous allons reparler dans un moment. Donc, déjà à cette époque, l’idée de sommeil apparaît. A tel point qu’ensuite, elle va faire son chemin.

José Custodio DE FARIA

J.C. DE FARIA (1756 – 1819) aussi connu comme l’Abbé FARIA, parlera de sommeil lucide dans « De la cause du sommeil lucide » datant de 1819. Ces inductions consisteront d’ailleurs essentiellement à demander le sommeil.

Ambroise-Auguste LIEBEAULT

A.A. LIEBEAULT (1823 – 1904), qui commence à s’approcher de l’Hypnose telle qu’on la connait en y voyant l’aspect suggestif, parlera, lui, de sommeil provoqué dans « Du sommeil et des états analogues considérés surtout du point de vue de l’action du moral sur le physique » datant de 1866.

James BRAID

En parallèle, en Ecosse, James BRAID (1795 – 1860) qui nie l’idée de fluide magnétique, parlera de sommeil nerveux dans « Neurypnology; or the rationale of nervous sleep, …  » en 1843, traduit en 1883 en Français.

Milton Hyland ERICKSON

Avançons encore plus dans le temps et déplaçons nous en Amérique et on peut entendre un Milton ERICKSON (1901 – 1980) dire des choses comme « Je veux que vous dormiez maintenant, de plus en plus profondément et complètement endormi ». Alors l’Hypnose est-elle du sommeil ?

Alors ? Sommeil ?

Le tracé cérébral sous Hypnose et n’est pas le même que dans le sommeil ou que dans la méditation donc on peut dire non de façon factuelle. Mais même sans ces tracés, il y a une forme d’évidence, ne serait-ce que dans l’exemple de PUYSEGUR ci-dessus. Mais, encore plus flagrant lors de certains spectacles d’Hypnose où l’on voit la personne faire le cosmonaute ou rire à gorge déployée et répondre à l’Hypnotiseur. Pendant ce moment là, on voit bien qu’ils ne dorment pas.

Mais alors ont-ils conscience de ce qu’ils font ? Oui et une des manières de le vérifier est tout simplement de le leur demander pendant cet état là.

Je vais à nouveau citer PUYSEGUR pour montrer que ces questions étaient déjà soulevées à son époque. Il demandait les informations directement à ses clients. En voici un exemple où il interroge ses sujets sur les risques encourus si le magnétiseur leur demande de faire des choses dangereuses:

Il a donc fallu me borner à demander aux malades (en crises magnétiques) leur façon de penser sur cette difficulté: tous m’ont assuré conserver dans cet état leur jugement et leur raison, et m’ont ajouté qu’ils s’apercevraient bien vite des mauvaises intentions qu’on pourrait avoir sur eux (…) et que cela les porterait à se réveiller sur-le-champ

« Mémoire pour servir à l’histoire et à l’établissement du magnétisme animal » de A.M.J De Chastenet de PUYSEGUR en 1784

PUYSEGUR allait bien plus loin dans ce qu’il demandait à ses « somnambules » mais je ne veux pas priver les curieux du plaisir de le découvrir par eux même.

Inconscient ?

Alors pourquoi, lors de spectacle, certains se « réveillent » l’air éberlué, en disant « mais que s’est-il passé ? ». Ils étaient donc bien inconscients, non ?

C’est là que l’amnésie fait son oeuvre. La personne ne se rappelle tout simplement plus car, par exemple, le « réveil » est trop rapide et la transition entre l’état Hypnotique et l’état ordinaire est trop brutale.

Pour avoir une toute petite idée de ce qui se passe. C’est un peu comme lorsque vous êtes en train de parler de quelque-chose avec un ami à une terrasse de café et que le serveur fait tomber tout son plateau juste à côté de vous. Lors du retour à la conversation, ça recommence souvent ainsi : « Euh, on parlait de quoi déjà ? ». Il y a évidemment d’autres façons de produire des amnésies en Hypnose et cela peut parfois avoir son utilité en Hypnothérapie aussi mais ce n’est pas le sujet ici.

L’amnésie donne alors l’illusion que la personne était inconsciente. En Hypnose, ce n’est pas la conscience qui s’en va, mais les processus automatiques (ou inconscients) qui deviennent plus accessibles. La conscience, elle, peut rester observatrice.

Suggérer « Dormez » ou non ?

Plusieurs écoles d’Hypnose ont banni le sommeil des effets hypnotiques que l’on peut suggérer pour arrêter d’entretenir l’illusion du parallèle entre Sommeil et Hypnose. Et pendant plusieurs années, je ne l’ai donc pas utiliser non plus. Et puis, un jour, en lisant les anciens, je me suis dit « Bon, ils n’étaient pas plus bêtes que nous alors ça a forcément une utilité. Testons le! ». Alors, je l’ai réintégré à mes séances. Une efficacité étonnante !

Et finalement, c’est bien logique car quelle est l’expérience la plus universelle que tout le monde a déjà vécu et qui s’approche par plusieurs effets de ce qu’est l’Hypnose ? Le sommeil. Et, il y a d’autres raisons:

  • L’ordre « Dormez » est une injonction paradoxale. Le sommeil se déclenche automatiquement et non volontairement. Ainsi, demander à la personne de le déclencher volontairement va avoir tendance à accentuer l’état dissociatif et donc l’hypnose (avec la réserve ci-dessous)
  • Enfin, en un mot : « Dormez » ou « Sommeil », le praticien évoque beaucoup d’effets possibles. Paupières lourdes pour certains, relâchement musculaire pour d’autres, sensation de vertiges lors de la transition, etc …

Je pense réellement que c’est une erreur de s’en passer. Cela ne veut pas dire non plus l’utiliser à toutes les séances non plus. Essayez avec un insomniaque, c’est intéressant.

Par contre, attention aux fausses promesses car cela peut aussi faire sortir la personne de transe. En effet, la personne peut se dire « Je ne dors pas, je l’entends, ça ne marche pas sur moi » et le dialogue intérieur s’enclenche et ce n’est vraiment pas intéressant. A vous de trouver comment le modérer.

Un exemple: « … et dormez maintenant, d’un sommeil hypnotique où vous entendez toujours ma voix, voilà, les paupières lourdes et le relâchement des muscles du visage, c’est ça alors que vous allez de plus en plus profondément dans ce sommeil hypnotique »

Conclusion

L’Hypnose n’est clairement pas du sommeil, elle peut même être extrêmement dynamique et ludique et l’idée n’est pas non plus que la conscience s’en aille (même si ça peut arriver dans une certaine mesure) mais plutôt de connecter aux processus automatiques non accessibles habituellement à la conscience.

Néanmoins, le sommeil, est tout de même une expérience universelle que tout le monde vit et donc avec un potentiel évocateur non négligeable tenant en un seul mot. De plus, l’injonction paradoxale que l’ordre de dormir constitue a tendance à accentuer la dissociation propice à l’Hypnose.

Enfin, une petite anecdote, l’Abbé FARIA utilisait souvent une induction toute simple: Il se mettait en face de son sujet et il prenait ses deux mains dans les siennes et il lui demandait de penser au sommeil puis il serrait ses mains d’une certaines manières en disant « Dormez, dormez,  je le veux ». Et si cela ne suffisait pas, il décrivait tous les effets du sommeil avec un procédé assez similaire trois ou quatre fois.

Pour recevoir les nouveaux articles, inscrivez-vous à la NEWSLETTER (bouton ci-dessous) et n’hésitez pas à PARTAGER si ça vous a plu.